Le chef breton étoilé Patrick Jeffroy invité au Japon par la CCIFJ


Japon. Jeffroy et Bruel. Deux Patrick pour un grand show

Article repris du Télégramme du  6 novembre 2009

Au Japon, 700 invités vont se retrouver autour d’un repas de gala préparé par le Carantécois Patrick Jeffroy. Et c’est un autre Patrick (Bruel) qui fera ensuite son show.

Chaque année, la chambre de commerce et d’industrie française au Japon (CCIFJ) (*) organise son traditionnel gala. Celui-ci, qui constitue une vitrine de la France au Japon, réunit 700 personnes, dont 85% de Japonais: des chefs d’entreprises, des Miss Japon… La soirée se tiendra le 24 novembre, dans un somptueux hôtel d’Odaiba, une île artificielle de la baie de Tokyo. Pour ce gala annuel, c’est toujours un grand chef français qui se met aux fourneaux. Cette fois, la CCIFJ a fait appel à l’authenticité culinaire de Patrick Jeffroy (deux étoiles). «Après le Bordelais Thierry Marx, ils voulaient un Breton», raconte le chef carantécois, plutôt séduit par cette aventure en Asie. «Je suis content d’avoir été sélectionné. C’est une reconnaissance de notre travail et en plus, c’est passionnant, car ce genre de manifestation offre toujours l’occasion de faire de très fortes rencontres». Du 21 au 29 novembre, Patrick Jeffroy se rendra au Japon en compagnie de l’un de ses cuisiniers, Dominique Corby. Là-bas, ils seront 70 à 80 sous les ordres du Breton. «C’est un challenge important, prévient le chef de l’Hôtel de Carantec. Je n’ai pas intérêt à me planter. Cela peut être une bonne carte de visite, mais si je rate mon coup, ce sera négatif».

Message en breton

Au menu des 700 convives, Patrick Jeffroy a prévu, tout d’abord, une crème de chou-fleur avec un pressé de crabe, gelée de vodka et de caviar. Il sera ensuite servi des coquilles Saint-Jacques enroulées dans de la truffe, puis un canard au sang de Challans avec un pressé de reinettes au vinaigre de cidre et un navet japonais confits au yuzu. Quant au dessert, il se composera d’un gâteau au chocolat agrémenté de crêpes dentelles. Pour cette soirée, au cours de laquelle le chanteur Patrick Bruel donnera un concert de 50 minutes, le tarif par personne s’élève à 33.000 yens (250 €) ou 42.000 yens (315 €). Au début du repas, un message en breton apparaîtra sur grand écran. Un message que Patrick Jeffroy fera lire haut et fort aux 700 invités. Ceux-ci devront ainsi déclamer «debrit hag evit ha grit cher vat», ce qui se traduit en français par «mangez et buvez et faites bonne chère». Au pays du soleil levant, l’un des empereurs de la gastronomie française compte bien faire tomber la barrière de la langue.

* La CCIFJ facilite les échanges entre les réseaux d’affaires français et japonais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s