ARNEO un concept musical qui va vous mettre l’eau à la bouche / Arneo、まるであなたの口の中に水が溢れてくるような音楽の概念


En mai 2009, Gwenael Kerleo harpiste finistérienne bien connue faisait partie des artistes invités par Bretons du Japon à l’occasion de la 1ère Fête de la Bretagne jamais organisée au Japon.

Elle nous revient en ce début d’année 2013 avec un album très electro et aquatique Taken Dour. Gwen, Marielle et Yann épaulé par le célèbre dj tech/house hongrois Reelaux portent sur les fonds baptismaux ce nouvel album né dans les ruisseaux et dans les brumes des Mont d’Arrées.!

 Gwenael Kerleoはブルトンドゥジャポンが2009年第1回ブルターニュ祭に招待したフランスフィニスタ県の有名なハーピストです。2013年にエレクトロ、アコーティスティックアルバム「Takenn Dour」をニューリリースしました。Gwen Marielle Yann、ハンガリー人テックハウス DJ  Reelauxと共に制作された素晴らしいこのニューアルバムは Monts d’Arréesの川やミストの中で生まれました。

Prochaines dates :

25 mai : Ploermel

8 août : Lorient – festival interceltique

9 août : Bénodet

En attendant Tokyo, qui sait?

Takenn Dour (goutte de pluie) titre fleuve de l’album

Interview pour ZikCard

1 – Arneo, c’est un projet tout récent porté par des gens aux multiples expériences musicales. Qu’est ce qui a déclenché ce nouveau challenge ?

Arneo, c’est la rencontre de deux couples d’artistes qui vivent dans les Monts d’Arrée. C’est cette proximité qui a favorisé la rencontre : un échange de mails sur Facebook, une invitation à boire un thé entre voisins et tout de suite l’évidence d’un travail en commun est apparue. Même si on vient d’univers musicaux très différents, c’est la rencontre humaine qui nous a donné envie de travailler ensemble. L’envie de retrouver l’enthousiasme de nos premières expériences musicales, comme quand on était ados et qu’on jouait de la musique dans la cave, en famille ou entre copains. Le besoin de retrouver la fraîcheur de la spontanéité et le plaisir de jouer ensemble.

 

2 – C’est le thème de l’eau qui inspire le concept Arneo. Vous êtes partis de la musicalité particulière de l’eau pour développer votre travail et composer autour ?

Chercher des nouvelles pistes était notre point de départ. L’idée de travailler autour d’un concept s’est imposée très naturellement…restait à trouver ce concept, à la fois novateur et excitant. L’eau nous est apparue comme une évidence. Source de sampling quasi infinie, source d’inspiration textuelle supportant tous les angles d’attaque, véhicule fluide de messages universels, l’eau méritait amplement qu’on lui rende cet hommage.

3 – Vous venez tous les trois d’univers un peu différents musicalement, du trad au jazz en passant par la pop-rock et la world, comment mariez vous toutes ces influences ? Il y a une ligne directrice pour les compositions ?

Tout d’abord, Arneo est représenté par un trio de musiciens mais en réalité nous sommes quatre puisque Yann, qui est l’auteur des textes en breton, fait partie intégrante du projet Arneo..

La musique est un langage universel, il n’y a pas de frontière entre les genres, tout peut se mélanger pour peu que chacun puisse y trouver une place pour s’exprimer. Nous avons, certes, des parcours différents mais, encore une fois, notre dénominateur commun est le plaisir que nous avons à faire de la musique et à imaginer des nouvelles choses… Mélanger tout ça s’est fait naturellement et aussi ardemment que nos désirs sont intacts d’aboutir à un album qui nous ravit !

4 – Naissance du projet fin 2012 et déjà un album ! Vous allez vite ! Et vous l’avez réalisé entièrement. Vous aviez l’album en tête dès le lancement du concept ?

Tout est allé très vite et de façon très intense, presque passionnelle. Notre première rencontre date de septembre 2012 et six mois plus tard l’album est déjà terminé. C’est notre enthousiasme qui a provoqué ce dynamisme. On a travaillé quasiment en huis-clos en se rendant totalement disponible. On s’est mis au travail le jour même de notre première rencontre. La création d’une grosse banque de sons d’eau enregistrés dans une multitude d’endroits en a été le point de départ. L’organisation de ces sons en différents samples puis

en beats a été la seconde étape de la production, chaque beat explorant d’ailleurs une thématique rythmique marquée. L’écriture des textes en breton et en anglais s’est faite en parallèle, toujours sur le thème de l’eau. A partir de ces rythmes et de ces textes, on a pu entamer le travail de composition. Cela s’est fait de façon très spontanée, sans pouvoir dire qui a composé quoi. C’est vraiment un travail de groupe qui n’a souffert d’aucun désaccord. Bien-sûr, il fallait quelqu’un pour superviser tout ça. C’est Yann Cortella qui a assuré la réalisation de l’album à partir de ce que chacun a pu apporter.

5 – Quand on a travaillé avec des groupes comme Indochine, des gens comme Jonasz, George Benson ou Higelin, ça doit faire tout drôle de se retrouver en auto-prod sur un nouveau concept, une volonté d’indépendance ?

Auto-prod ne veut pas dire prod du pauvre ! Nous sommes nos propres producteurs parce que nous en avons les moyens. Nous avons dans notre studio des Monts d’Arrée tout l’équipement d’un grand studio professionnel. Pas besoin d’aller à Paris, Londres ou New York, on a tout à la maison ! Quant-au mastering, il a été effectué par Cédric Monnet qui a, entre autres artistes, masterisé Air, Stivell ou Bashung… Être indépendant est un luxe que nous nous offrons. Aujourd’hui nous sommes capables de gérer le démarrage de notre projet, si les choses prennent de l’ampleur on avisera…

6 – Après le studio, vous allez présenter votre musique sur scène ?

Oui bien-sûr, c’est essentiel pour des musiciens de confronter leur musique à un public. On n’est encore qu’au tout début de l’aventure d’Arneo, on espère qu’elle durera longtemps avec de nombreuses surprises notamment sur scène. Nous travaillons actuellement sur notre spectacle qui sera autant visuel que sonore : l’eau est un élément très riche au niveau de l’image qu’elle véhicule, on peut en faire quelque chose de magnifique.

Les dates de concerts commencent à arriver. Notre groupe n’existait pas il y a encore 6 mois, il faut le temps qu’on se fasse connaître mais on tout de même déjà décroché quelques contrats pour cet été dont une très belle scène dans un grand festival breton. Mais comme la programmation n’a pas encore été dévoilée, pour l’instant : chut !

.

7 – Quelle est la prochaine étape pour Arneo après cet opus ? L’eau restera le thème principal ?

Notre premier single « Takenn Dour » commence a être diffusé en radio ainsi qu’en club. On le trouve en téléchargement sur I-Tunes et sur Beatport. La prochaine étape est la diffusion de notre premier clip, fin avril. Pour la sortie de l’album, nous préférons ne pas donner pour l’instant de date précise. Nous prenons le temps de bien préparer ça mais c’est pour bientôt ! Quant-à l’avenir du groupe et nos prochaines réalisations, on attend déjà le retour du public sur ce premier album, c’est un peu trop tôt pour envisager la suite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s