Devine, devinaille, titre

Devine, devinailles, qui pond sur la paille ? – あててごらん、なぞなぞだよ、藁の上に卵を産むのはだあれ?


Blanc guérêt, noire semence, celui qui sème pense.
Le papier, l’encre et celui qui écrit.
Devinette recueillie par Paul Sébillot
dans Littérature orale de la Haute-Bretagne, 1881, p310

まっさらな畑、黒い種子、種まく者は考える
紙、インク、そして書く者
なぞなぞ ポール・セビヨー選
オート-ブルターニュの口承文学 p.310 , 1881

 Grand menhir des Grees

Grand menhir des Grées, Méssac, Ille-et-Vilaine (phguerard.info/blogvieux/)

        « Eh ! Et écoutes celle-là ! » continuait l’un : « Qu’est-ce qui ressemble le plus à la moitié de la lune ? L’autre moitié ! » clamait-il avec triomphe. Et les rires reprenaient de plus belle : « De quelle herbe y a-t-il le plus dans le pré ? De la verte ! » enchaînait aussitôt l’autre. « En quelle saison la poule a-t-elle le plus de plumes ? Quand le coq est sur elle ! » poursuivaient-ils. Et les rires fusaient. Installés à la croisé des chemins, cela faisait plusieurs siècles que le chêne et le menhir passaient ainsi leur temps et que les deux pierres derrière dans les fourrés se bidonnaient à chaque échange. Les anciennes, les récentes, les facétieuses, les irrévérencieuses, les oubliées, les coquines ou les identitaires, les devinettes et les bonnes blagues, ils les connaissaient toutes et ne manquaient jamais l’occasion d’en inventer de nouvelles. Lorsqu’un matin, le chêne, qui était grand, mais qui avait une mauvaise vue, interrompit tout d’un coup la rigolade pour annoncer une arrivée : « Nous avons des visiteurs ! » dit-il. « J’en vois quinze et un arbre ! » Arrivèrent alors un chêne chevelu du Japon et une ribambelle de Jizo.

        「さあ!お次はこれだよ!」と一人が続けた。「半月に一番似てるものはなあんだ?残りの半分さ!」と得意気に喚く。また大爆笑が沸き起こる。「牧場に一番生えてる草はどんなのだ?緑のだ!」と、間髪入れずもう一人がつなぐ。「めんどりの羽が一番ふさふさになるのはいつか?おんどりが乗っかってる時さ!」と彼らは続ける。そしてどっと湧き上がる笑い声。十字路に据えられたナラの木とメンヒルは、もう何世紀もの時をこんな風に過ごしていた。そして後ろの繁みの二つの石は、ふたりのやりとりの度に笑いこけていた。彼らは古いものも新しいものも、滑稽なものも失礼なものも、忘れられたものもお茶目なものも、エスニックジョークやなぞなぞも出来のいいジョークも、全て知り尽くしていたし、事あるごとに新しいやつをひねり出していた。ある朝ナラの木が—彼は大きかったが眼が悪かった—突然おふざけを中断し、「われわれに客人だぞ!」と到来を告げた。「15人と木が1本見える!」そこに日本のクヌギと地蔵たちの長い行列が到着した。

Jardin armoricain - Esquisse

   アルモリカの庭 — 素描

        « Mais c’est la bande à Cousteau ! » s’exclama le menhir. Et nos deux amis se plièrent de rire. À peine les nouveaux venus s’étaient-ils présentés que le grand chêne en remettait une couche : « Qui a de la barbe au ventre et qui n’est pas un poireau ? Le gland chevelu du Japon ! » Avant qu’ils n’aient le temps de se tordre de rire le chêne chevelu du Japon se tourna vers les Jizo et leur dit : « Voyez, si des fois vous vous sentez crétins et bons à rien, rappelez-vous qu’un jour le grand chêne a été un gland lui aussi« . Et sans transition, il leur expliqua qu’ils venaient prendre place à l’embranchement du pont. Nos deux compères leur repondirent que depuis des siècles qu’ils étaient là, ils n’avaient jamais quitté leur poste, que de toute évidence il n’y avait point de pont aux alentours et que de toute façon tous les chemins menaient au moulin. Le chêne chevelu du Japon et les Jizo n’insistèrent pas et décidèrent de se séparer. Lui prendrait le chemin de droite, eux, celui de gauche. Comme les Jiso s’enfonçaient dans un chemin creux, ils entendirent derrière eux le chêne interpeller le menhir : « Eh ! j’en ai une de bonne, écoutes ! : Bas monté et core plus bas, qui s’enfoncent et qui n’est pas cerise. La bande à Cousteau dans un chemin creux ! » Et les deux amis repartirent d’un même éclat.

        「やあ、クストーの探検隊だ!」とメンヒルが叫ぶ。我らが二人の友は、身を折り曲げて笑った。新参者たちが現れるやいなや大きなナラは余計なひと言を発した。「おなかにヒゲが生えているけどネギじゃないもの、なあんだ?とげとげの殻がついた日本のドングリ!」彼らが身をよじって笑い出す前に、クヌギが地蔵たちに向かって言った。「ほらね。もし君たちが時々自分を愚かで無力なものに感じたら、この偉大なナラの木も、かつてはドングリだったってことを思い出してごらん」。そしていきなり二人に向かって、自分たちは橋の分岐点に陣取るために来たと伝えた。我らが相棒二人はそれに答えて、数世紀もここにいて持ち場を離れたことはないが、周りには明らかに橋などないし、どちらにしても全ての道が水車に通じていると言った。日本のカシの木と地蔵たちはそれ以上くどいことは言わず、そこからは別々に行くことに決めた。クヌギは右の道へ、地蔵たちは左の道へ。地蔵が窪んだ道に入り込むと、背後でナラがメンヒルに呼びかけているのが聞こえた。「おい!いいのができたぞ。聞いてくれ!下がって上がってさらに下へ。沈んでいくがサクランボじゃない。窪んだ道のクストーの探検隊だ!」そして二人の友は声を揃えてまた笑い出した。

Champs de blé noir, Lieuron

Champs de blé noir, Lieuron, Ille-et-Vilaine
(map-france.com)

        Les Jizo n’étaient pas arrivés sous les premiers arbres qu’ils se plaignaient déjà de ne rien voir et d’en trop entendre. La ronce chuchotait à leurs pieds : « Qui est mort et qui mord core ? » et la pie, haute perchée dans ses fortifications, jacassait : « Un manoir élevé qu’aucun chrétien né n’a bâti, on y a mis du mortier mais pas de chaux« . De son côté, le chêne chevelu du Japon, qui avait pris un chemin qui grimpait légèrement, le long d’un sous-bois tapissé de jacinthes, déboucha sur une lande de bruyères et d’ajoncs qui dominait tout le nord-ouest du pays et où se dressaient cinq pierres. Il les salua et leur demanda si elles connaissaient l’embranchement du pont. Les cinq pierres lui repondirent qu’elles répondraient à sa question s’il répondait d’abord à la leur : « Quand aimes-tu le plus ta mère ? Quand il y a des fleurs dans le genêt ou quand il y a des fleurs dans l’ajonc ? » Le chêne chevelu du Japon, qui ne connaissait ni le genêt, ni l’ajonc, leur dit que lui aussi aimait beaucoup sa mère bientôt millénaire, qu’elle était née en hiver sur une terre qui ne lui convenait guère et que tous les ans pour son anniversaire il lui offrait des fleurs de bruyère. Les cinq pierres, bien ennuyées par cette réponse à laquelle elles ne s’attendaient pas, déclarèrent alors que le genêt, la bruyère et l’ajonc se valaient bien, qu’elles préféraient ce dernier parce qu’il avait des fleurs toute l’année, mais que quiconque pouvait bien aimer sa mère à sa manière.

地蔵は最初の樹々にたどり着く前に早くも、何も見えないし聞こえ過ぎるし、とブツブツ言い出した。キイチゴは足元で囁いた。「死んでいる(mort)のにまだ噛む(mord)ものなあんだ?」すると、自分の要塞に留まったカササギが上からギャーギャー喚いた。「キリスト教徒が誰も建てたことのない高所の館さ。石灰じゃなくて漆喰(mortier)を塗ったんだ」。一方クヌギは、ヒヤシンスに覆われた下草に沿った、緩やかな坂道を進んでいたが、ヒースやハリエニシダの荒れ地に出た。その地方の北西部が一望のもとに見渡せるその場所に、5つの石がそびえ立っていた。彼は石たちに挨拶し、橋の分岐点を知っているか尋ねた。5つの石たちは、その質問に答える前にまず自分たちの質問に答えるよう言った。「お母さんを一番好きなのはどんな時か?エニシダの花が咲いている時か、それともハリエニシダの花が咲いている時か?」エニシダもハリエニシダも知らないクヌギは、もうすぐ千歳になる母親を自分も大好きだということ、また彼女が自分にあまり合わない土地に冬に生まれたこと、そして母の誕生日には毎年ヒースの花を贈ることを伝えた。予期せぬ答えに大いに戸惑った5つの石たちは、エニシダとヒース、ハリエニシダには優劣がなく、自分たちは一年中花をつけるハリエニシダが好みだが、誰でも自分らしいやり方でお母さんを愛することができる、と宣言した。

Moulin de La Guette-ès-Lièvres

Moulin de La Guette-ès-Lièvres, Plouguenast, Côtes d’Armor
(maisons-paysannes.org)

        Et les cinq pierres rajoutèrent comme un déjà-entendu que tous les chemins menaient au moulin. Le chêne chevelu du Japon poursuivit sa route et dans un virage s’enfonça à son tour dans un chemin creux. Entre-temps les Jiso étaient arrivés à un carrefour et étaient tombés sur un mulot, un hérisson et un blaireau qui s’affairaient en son milieu. Les Jizo leur demandèrent ce qu’ils faisaient et quel chemin conduisait à l’embranchement du pont. Le mulot, le hérisson et le blaireau leur répondirent qu’ici désormais était le centre du monde et qu’ils le mesuraient pour s’en convaincre. Les Jizo s’inclinèrent et passèrent leur chemin. Le chêne chevelu du Japon arriva à son tour au carrefour et demanda, lui aussi, au mulot, au hérisson et au blaireau, ce qu’ils faisaient ainsi, immobiles et silencieux, au beau milieu du chemin. « Shutt ! » lancèrent-ils d’une même voie : « Qui me nomme me rompt ! Nous sommes au centre du monde, nous avons mesuré, nous conjurons le bruit et le chaos d’en bas. » Le chêne chevelu du Japon ne comprit pas plus que les Jizo ce qui se tramait en ce milieu. Il s’excusa et se remit en marche. En descendant le versant il entendit le blé en fleurs derrière la haie qui fredonnait : « Mieux fleurit l’ajonc, plus rose la bruyère, année de châtaignes, meilleur je serai, en quat’ mois tu me cueilleras« .

そして5つの石は、前にも聞いたのと同じく、すべての道が水車に通じていると付け加えた。クヌギは道をさらに進み、カーブのところで今度は彼が窪んだ道にはまり込んだ。そうこうするうちに、地蔵たちは十字路に着き、道の真ん中でせっせと立ち働いていたアカネズミとハリネズミとアナグマに出くわした。地蔵は彼らに、何をしているのか、またどの道を行けば橋の分岐点に出られるのかと尋ねた。アカネズミとハリネズミとアナグマは、ここが世界の中心であり、自分たちはそれを確かめるために計測しているところだと答えた。地蔵たちは頭を下げると道を通っていった。今度はクヌギが十字路に着き、彼もアカネズミとハリネズミとアナグマに、道のど真ん中でそんな風に静かにじっとして何をしているのかと尋ねた。「シーッ!」と彼らは一斉に声を発した。「我がを呼ば私られる我々は世界の中心に居る。我らは計測し、下方の騒音と混沌を払いのけるのである」。このど真ん中で何事が画策されているのか、クヌギも地蔵と同様理解しかねた。彼は失礼してまた歩き始めた。斜面を降りている時、花をつけた小麦が生け垣の向こうで歌を口ずさむのが聞こえた。「ハリエニシダはもっとよく咲き、ヒースはもっとピンク色で、栗の年、私はもっと素敵になる。4か月たったら君は私を摘み取るさ」。

Lorsque le chêne chevelu du Japon sortit du chemin creux, il tomba sur le ruisseau et la prairie qui se lançaient des piques : « Clopin-clopant, où vas-tu? Que t’importe, cul tondu ? » se raillaient-ils. Autour du moulin régnait une véritable cacophonie. De l’intérieur, par la fenêtre, lui parvenaient les échanges de la bouteille et de la galetière : « Devinez une chose qui a un corps sans bras et un cou sans tête ? » rigolait l’une, « Qu’est-ce qui est noir comme le diable, rond comme la culotte de tonton, plat comme la culotte de papa ! » retorquait l’autre. Dehors, le four racontait une histoire de long et de rond qui s’enfournent et le meunier répétait à qui voulait bien l’entendre qu’il n’avait pas d’eau et qu’il boirait donc de l’eau, que s’il avait de l’eau, il boirait du vin. Le chêne chevelu du Japon s’éclipsa sans demander son reste et arriva à un pont romain à trois arches. Ce dernier voulu lui poser une énigme : « Devine, devinaille ! Si j’en avais une, chêne chevelu, tu ne passerais pas, si j’en vais deux, tu ne passerais pas plus. Mais j’ai trois soeurs, elles se poursuivent et ne s’atteignent jamais. Passeras-tu ? » Le chêne chevelu du Japon, qui avait la réponse sous les yeux, répondit bon et franchit le pont. Passé sûr l’autre rive, un panneau indiquait « Le chaos« . Derrière, le cours d’eau disparaissait. Il admira l’amoncellement de sept pierres grosses comme des bœufs qui se perdaient dans la forêt et repartit dans le sens du courant.

クヌギが窪んだ道から抜け出ると、小川と草原に出会った。彼らは皮肉を言い合っていた。「よたよたして、どこに行くんだ?」「どうでもいいだろう?つるっぱげ!」とからかい合っている。水車のまわりでは大騒ぎが起きていた。窓を通して中から瓶とクレープ焼き器のやり取りが聞こえてきた。「腕のない体と頭のない首を持つものなあんだ?」一人が笑う。「悪魔のように黒く、おじさんの半ズボンのように丸く、お父さんのトランクスのように平らなものは!」ともう一人が言い返す。外では、オーブンが、自分に詰め込まれる長いものと丸いものの話を語っていて、粉屋は話を聞きたがる相手に「水がないから水を飲むだろう、水があったらワインを飲むだろう」と繰り返していた。クヌギは話の続きを求めずそっと姿を消し、ローマ時代の三径間アーチ橋までやって来た。橋は、クヌギに難問を出したがった。「あててごらん、なぞなぞだよ!もしも一人しかいなかったら、クヌギ、君は渡れない。もしも二人なら、やっぱり君は渡れない。でも僕には三人の姉妹がいて、追いかけ合って決して捕まらない。君は渡れるかい?」クヌギは目の前に答えが見えたので正解し、橋を渡った。対岸に上がると、標識に「岩塊」と書いてあった。背後で水の流れが消えた。クヌギは7つの巨石の集まりに見とれた。それはまるで、森で迷って流れの方へ戻って来た牛のようだった。

210R

Ruisseau de Kerveil, Elliant, Finistère
(microtourisme-en-bretagne.blogspot.com)

        Les Jizo se plaignaient toujours de ne rien voir lorsqu’ils arrivèrent à une barrière dans le talus à travers laquelle, un pré recouvert de fougères et les branches d’un arbre tout biscornu, ils pouvaient entrevoir. Ils voulurent en voir plus. La barrière les arrêta et leur demanda : « Devinez trois choses, le père est haut, la mère est revêche et les enfants sont roux ? » Les Jiso, qui étaient nés orphelins sous un châtaignier, trouvèrent tout de suite les trois réponses, mais lorsque la barrière les laissa entrer dans le pré, les fougères étaient si hautes qu’ils ne virent que leurs pieds. « Je l’ai vu vivant, je l’ai vu mort, je l’ai vu courir après sa mort » ricanaient-elles. Il ne tarda point avant qu’ils ne sortent, eux aussi, de leur chemin creux et ne rencontrent le pont plat et la fontaine sacrée qui conversaient. « Donnes moi une pierre et j’en aurai autant que toi » disait l’un. « Donnes moi plutôt une des tiennes » répondait l’autre, « Et j’en aurai la moitié plus que toi ! » Les Jizo voulurent les mettre d’accord. Ils leurs dirent : « Prenez notre entier, la moitié de notre entier et nous, nous ferions alors quinze. Prenez notre entier, divisez le par deux, vous aurez un jardin japonais. » Le pont et la fontaine les regardèrent d’un air hébété, leur répondirent que l’embranchement qu’ils cherchaient était sur l’autre rive et sans un mot de plus s’en retournèrent à leurs affaires.

地蔵たちは相変わらず何も見えないことに文句を言いながら、土手に柵があるところにやって来た。柵の隙間から、シダに覆われた草地とでこぼこに歪んだ木の枝が見えた。柵は彼らを遮り問いかけた。「3つのものを当ててみろ。父は高く、母は気難しく、子供らは赤い、さあなんだ?」栗の木の下でみなしごとして生まれた地蔵たちは、すぐに3つの答えを出したが、柵が彼らを草地に入れた時、シダはあまりに丈高くて足元しか見えなかった。シダたちは、「私はそれが生きているのを見た。死んでいるのを見た。死んだ後に走っているのを見た」とニヤニヤした。間もなく地蔵たちも窪んだ道から抜け出て、平らな橋と聖なる泉が会話しているところに出くわした。「石をひとつおくれ。そうしたらおまえと同じ数になる」とひとりが言う。「それよりおまえのをひとつおくれ」ともう一方が応じる。「そうしたらおまえより5割多くなる」。地蔵は二人の間を取り持とうとした。「我々の全体を考えてくれ。我々全体の半分を足せば我々は15人になる。我々全体を取って二つに分けよ。日本庭園ができるだろう」。橋と泉はポカンとした顔で彼らを見つめると、お探しの分岐点は向こう岸にある、と告げ、もはやひと言も発せず自分たちの用事に戻っていった。

Pont de Kéribot

 Pont de Kéribot sur le Douron, Plouigneau, Finistère
(trainjoel.canalblog.com)

        Le chêne chevelu du Japon repassa discrètement devant le moulin, le ruisseau et la prairie se chamaillaient toujours par dessus le chemin et au centre de celle-ci se tenait une vache qui parlait à son veau qui n’était pas encore né et à ses pis déjà bien gonflés : « Qu’est-ce qui traverse la rivière sans être mouillé? » demandait-elle au premier, « Quatre demoiselles s’avancent sur le chemin et quand il ferait de la pluie grosse comme des pierres, sur leur dos goutte ne tomberait« , interrogeait-elle les seconds. Et pour faire taire le ruisseau et la prairie qui n’en finissaient pas de se charrier, elle les apostropha : « Eh ! cul tondu ! Qui porterait ben une botte de paille et ne porterait pas un clou ? Et toi Clopin-clopant ! Qui donc rentre dans le pré avant moi ? » Lorsque le chêne chevelu du Japon arriva enfin à l’embranchement du pont, il était épuisé. Il n’avait jamais entendu autant de mots en une seule journée. La lune apparut dans le ciel encore clair et, trottinant, les Jizo arrivèrent à leur tour à l’embranchement du pont. Le premier d’entre eux s’adressa alors au chêne chevelu du Japon : « Reine la nuit, veuve le jour, lavandière dans l’étang, volant dans les arbres, l’homme peut-il la faire danser ? » Ce dernier lui répondit qu’il n’en savait rien, qu’il ne voulait pas savoir, ou alors peut-être en jetant un caillou dans l’eau. Qu’il avait la tête sens dessus dessous et qu’il n’aimait pas l’humidité des vallons. Il décida de s’installer plus haut, laissant seuls les Jizo à leur question.

クヌギはそうっと水車の前に引き返した。小川と草原はまだ道の上でけんかを続けていた。草原の真ん中には一頭の雌牛がおり、まだ生まれぬ子牛と、すでに大きく張りつめた自分の乳房に話しかけていた。「濡れずに川を渡るものはなあに?」と子牛に問い、乳房には「4人の娘が道をあるいています。石のような大粒の雨が降っても、雨粒が娘たちの背に落ちないのは?」と問いかける。そして、まだやり合っている小川と草原を黙らせるため二人を罵倒する。「ほら、つるっぱげ!藁の束は運ぶのに釘1本を運ばないのは誰だ?それからそこの、よたよた野郎!私より先に草地に戻るのは誰だ?」クヌギがついに橋の分岐点に着いたとき、彼はくたくただった。たったの一日でこんなにたくさんの言葉を聞いたことはなかったのだ。まだ明るい空に月が現れ、今度は地蔵がちょこちょこと橋の分岐点にやって来た。先頭の地蔵がクヌギに問う。「夜は王妃、昼は未亡人、池では洗濯女。樹々の上に浮かんでいる。人は彼女を踊らせることができるか?」クヌギは、全然わからないし、わかりたいとも思わないけれど、ひょっとしたら水に小石を投げ入れるとか、と答える。頭がこんがらかっていたし、小さな谷の湿気が苦手だったので、クヌギは地蔵たちに問いを残し、もっと高い場所へ落ち着くことにした。

Arrivé à mi-pente, il entendit au loin les rires du chêne et du menhir qui rebondissaient sur les versants. « De quelles pierres y a-t-il le plus dans la rivière ? » demandait le grand chêne. « De mouillées ! » « De quel bois y a-t-il le plus dans le monde ? » renchérissait le menhir qui ne voulait pas être en reste. « De tordu ! » La nuit n’était pas encore tombée et d’où il avait pris position le chêne chevelu du Japon pouvait apercevoir la bruyère et l’ajonc dans la lande, le sous-bois de jacinthes, le champ de blé noir en fleurs, le vieux châtaignier dans son pré de fougères et le genêt à ses pieds. Il pouvait aussi distinguer les deux ponts, les cinq pierres, le carrefour, le chaos et le menhir. Au moulin, c’était soir de veillée et le meunier s’en donnait à cœur joie : « Les langues babillent mais les mains ne sont pas oisives, les femmes tournent le rouet et les hommes pilent la lande verte, on grille des châtaignes et on boit du cidre à pleines écuellées, la plus franche gaieté préside et la parole est à qui la prend. »

坂道の途中まで来ると、遠くの方でナラとメンヒルの笑い声が斜面に響き渡るのが聞こえた。「川で一番多いのはどんな石?」とナラの大木が聞く。「濡れたやつ!」「世界で一番多い木はなあんだ?」と、遅れを取りたくないメンヒルが負けじと言う。「ねじれたやつ!」まだ夜のとばりは降りておらず、クヌギが陣取った場所からは、荒れ地のヒースやハリエニシダ、ヒヤシンスの下草や花をつけたソバ畑、自分がいるシダ野原の栗の古木、足元のエニシダが見えた。2つの橋や5つの石、十字路、岩塊そしてメンヒルも見分けられた。水車では団欒の夕べを過ごしており、メンヒルが心ゆくまで楽しんでいた。「舌は他愛もないことをぺちゃくちゃ喋るが、手は無為に過ごしてはいない。女たちは糸車を回し、男たちは緑の荒れ地を踏みつける。我々は栗を焼き、鉢になみなみとつがれたシードルを飲む。屈託のない陽気さが満ち、言葉はそれを発する者にある」。

Genêts fleuris du côté de Nantes

Genêts fleuris du côté de Nantes par Shuki
(monjardinenville.eklablog.com)

Texte et esquisse de Gwendal DIABAT
Traduction en japonais de Eko OGAWA
本文/素描 グウェンダルディアバ
日本語訳小川恵子

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s