chapelle-de-tremalo

En la chapelle de Trémalo -トレマロ礼拝堂にて


En la chapelle de Trémalo -トレマロ礼拝堂にて

chapelle-de-tremalo
Chapelle de Trémalo,
Fernand Dauchot dit Daucho,
huile sur papier, 1957

            C’est en la chapelle de Trémalo, sur les hauteurs du Pont-Aven, que Gauguin peint son fameux Christ Jaune. Il aurait tout aussi bien pu y peindre un lèche-cul ou un phallus dans la gueule d’un chien. S’il était rentré dans les terres plus au nord, il aurait eu tout loisir d’admirer, tout en détail, un homme semblant uriner sur un dragon. Une histoire raconte qu’un gars du coin, découvrant pour la première fois cette gravure nichée dans les plafonds de l’église Saint-Jean-Baptiste du Croisty, en conclut que tenir son sexe dans la main était un mal et passa le reste de sa vie à se pisser sur les pieds. Plus à l’ouest, en la cathédrale Saint-Corentin à Quimper, c’était la découverte la même année de la sodomie d’un fou par un oiseau au long bec qui fit dire à un autre, marié à une fille du Croisty, que l’on faisait ce que l’on peut avec ce que l’on a. Par delà les Montagnes Noires, dans les Monts d’Arrée, du haut des gouttières de l’église Notre-Dame-et-Saint-Tugen de Brasparts, c’était une gargouille songeuse, un doigt dans la bouche et un autre sur le gland, qui fécondait le monde de son pénis bien droit debout. Au sud, en Pays Bigouden, c’étaient Adam et Ève gravés tels quels sur l’un des piliers de l’église Saint-Tudy en Loctudy qui se donnaient au monde. Et ainsi de suite, d’églises en chapelles et de chapelles en églises, c’était un véritable Tro-Breizh (tour de Bretagne) des phallus et des vulves dans un délire carnavalesque de petangueules, de chieurs et de souffle-à-cul que la Bretagne catholique nous invitait à entreprendre.

ゴーギャンが有名な黄色いキリストを描いたのは、ポン=タヴェンの高台にあるトレマロ礼拝堂においてであった。彼は自分の尻をなめる男の像や、犬がくわえた男根像を描くことだって充分できたかもしれない。もっと北の大地に行っていたら、ドラゴンに放尿しているらしい男をつぶさに鑑賞する暇だってあったことだろう。とある若者がクロワスティのサン・ジャン・バティスト教会の天井の彫り物に初めて気づき、手に自分の性器を持つことは悪だと決めこんだために、生涯にわたって自分の足に放尿し続けた、という話が残っている。さらに西に行けば、キャンペールのサン・コランタン大聖堂では同年に長い嘴の鳥によって男色を行った愚か者の発見があった。クロワスティ出身の娘と結婚していた別の男がそれを知って、我々は自分が持つもので、できることをしていたものだ、と語った。モンターニュ・ノワールの向こう側、モン・ダレーには、ブラスパールのノートル・ダム・エ・サン・トゥジャンの軒樋のてっぺんに物思わしげなガーゴイルがいて、1本の指を口の中に、もう1本を亀頭に添えている。彼は真っ直ぐに屹立したその男根で世界を受胎させていた。南部のビグダン地方では、ロクテュディのサン・テュディ教会の柱のひとつにアダムとイヴがありのままの姿で彫られて世界に身を捧げていた。そしてこのように教会から礼拝堂へ、礼拝堂から教会へと、カトリックのブルターニュが我々を誘うのは、人の口に放屁する男、糞をする男、そして人の尻に息を吹きかける男など、カーニバル的熱狂に包まれた男根像と外陰部像の正真正銘のトロ・ブレイス(ブルターニュ一周)なのだった

phallus-bretagne
Gargouille songeuse en erection,
église Notre-Dame-et-Saint-Tugen de Braspart, 16e s.

Homme exhibant son sexe,
église Saint-Jean Baptiste du Croisty, 16e s.

Adam et Ève, église Saint-Tudy de Loctudy, 11e – 12e s.

Continuer de lire « En la chapelle de Trémalo -トレマロ礼拝堂にて »

L'histoire de kunda Kinkisho main

L’histoire de Kunda Kinkisho – 薫田金樹翔の物語


Qui se fie à la mer se fie à la mort. Qui meurt en mer meurt donc toujours par sa faute. C’est pourquoi les noyés, qu’ils aient péri volontairement ou non, restent faire pénitence à l’endroit où ils ont été engloutis jusqu’à ce que d’autres viennent se noyer à la même place. Alors, seulement ils sont délivrés.
  La légende de la mort en Basse-Bretagne
, Anatole le Braz, 1893

海を信用する者は死をも信用する。海で死ぬ者はだから常に自分の落ち度で死ぬのだ。故意に死んだか否かにかかわらず、溺死者たちがのみ込まれた場所に残って罪を償うのはそのためだ同じ場所へ別の者が溺れにやって来るまで。その時はじめて彼らは自由の身になる
  (アナトール・ル=ブラース『ブルターニュ 死の伝承』 1893年)

Mathurin Méheut

Paysage campagnard d’été, gouache de Mathurin Méheut

        Lorsque le tsunami du 15 juin 1896 frappa la côte de Sanriku, au nord-est du Japon, Kunda Kinkisho avait 8 ans et était en mer. En ce jour de fête des garçons dans le calendrier luni-solaire chinois son père avait décidé qu’ils passeraient la nuit ensemble sur l’un de ses bateaux, comme les pêcheurs de la région avaient coutume de faire à cette époque de l’année. La pêche avait été exceptionnelle et, tout accaparé par l’activité à bord, Kunda Kinkisho ne sentit pas passer la vague sous lui. Lorsqu’ils rentrèrent au port de Kamaishi le lendemain matin et découvrirent la violence du tsunami, les corps noyés et démembrés, éparpillés à perte de vue dans les décombres et, parmi eux, celui du Père Henri Rispal, Kunda Kinkisho en fut profondément choqué. Continuer de lire « L’histoire de Kunda Kinkisho – 薫田金樹翔の物語 »

Devine, devinaille, titre

Devine, devinailles, qui pond sur la paille ? – あててごらん、なぞなぞだよ、藁の上に卵を産むのはだあれ?


Blanc guérêt, noire semence, celui qui sème pense.
Le papier, l’encre et celui qui écrit.
Devinette recueillie par Paul Sébillot
dans Littérature orale de la Haute-Bretagne, 1881, p310

まっさらな畑、黒い種子、種まく者は考える
紙、インク、そして書く者
なぞなぞ ポール・セビヨー選
オート-ブルターニュの口承文学 p.310 , 1881

 Grand menhir des Grees

Grand menhir des Grées, Méssac, Ille-et-Vilaine (phguerard.info/blogvieux/)

        « Eh ! Et écoutes celle-là ! » continuait l’un : « Qu’est-ce qui ressemble le plus à la moitié de la lune ? L’autre moitié ! » clamait-il avec triomphe. Et les rires reprenaient de plus belle : « De quelle herbe y a-t-il le plus dans le pré ? De la verte ! » enchaînait aussitôt l’autre. « En quelle saison la poule a-t-elle le plus de plumes ? Quand le coq est sur elle ! » poursuivaient-ils. Et les rires fusaient. Installés à la croisé des chemins, cela faisait plusieurs siècles que le chêne et le menhir passaient ainsi leur temps et que Continuer de lire « Devine, devinailles, qui pond sur la paille ? – あててごらん、なぞなぞだよ、藁の上に卵を産むのはだあれ? »

Tokyo Tower

Paris, 13 novembre 2015 – 2015年11月13日、パリ


Festival de Daimonji – Gozan no Okuribi, Kyoto 大文字 五山送り火 京都 Pour la paix … 平和のために… Tokyo, croquis en noir et blanc de Randy Schmidt, Sketches and Schmidt 東京、画 ランディ シュミット、スケッチとシュミットより Le 15 novembre 2015 la Tokyo Sky Tree, la tour de Tokyo et … Continuer de lire Paris, 13 novembre 2015 – 2015年11月13日、パリ

triskele renverse

Du reuz en pays bretonnant ? – ブルトン語圏の大騒動?


Avec à sa tête quelques élus et citoyens, le pays gallo fait de la résistance contre la décision du conseil général du Morbihan d’adopter la signalisation bilingue français-breton. Une association s’est même constituée au cœur de ce « pays où on ne parle plus breton depuis 800 ans ». Non et non… et pas «nan».
  Panneaux bilingues. Du reuz en pays gallo
 
Le journal Le Télégramme, 13 juin 2005, Gwen Rastoll

 議員や市民を筆頭に、ガロ語圏ではモルビアン議会によるフランス語-ブルトン語の二か国語表記の標識設置決議に対する反対運動を行っている。この「800年来ブルトン語を話していない地域」のただ Continuer de lire « Du reuz en pays bretonnant ? – ブルトン語圏の大騒動? »

Philippe Negre

L’histoire de Corentin Le Régalec – コランタン・ル・レガレック物語


 

« Ceux qui allumeront la nuit des feux trompeurs fur les Grèves de la Mer, & dans les lieux perilleux pour y attirer & faire perdre les Navires feront auffi punis de mort, & leurs corps attachez a un Maft planté au lieux ou ils auront fait les feux. »

Ordonnance de la Marine du mois d’Aouft 1681
Livre Quatriesme. De la police des ports, cotes, rades et rivages de la mer
Titre IX. Des naufrages, bris & echouemens, Article XLV, page 446

 “船舶を誘引し、沈没させるために夜間に海岸および危険な場所で偽装の火を灯した者には、同じく死刑を科し、その死体をその者が火をつけた場所に打ち込んだ帆柱に括るものとする” Continuer de lire « L’histoire de Corentin Le Régalec – コランタン・ル・レガレック物語 »

Yecʼhed mat – 乾杯


« Si l’alcool était une religion, la Bretagne serait un pèlerinage
もしも酒が宗教だったなら、ブルターニュはさしずめ巡礼地だ

Job lak e-barzh

Nono, mur du café « Le Flandre », Rennes, 1969
 
「自身の影よりも早く飲み干す男」
  ノノ、カフェ「ル フランドル」の壁面に、レンヌ、1969年

        Finalement, toute la question se résume à savoir quelle était la boisson des Bretons au Moyen Âge. Nous savons que le cidre arriva par la Normandie aux 14e et 15e siècles pour se répandre en Haute-Bretagne au siècle suivant, que la bière apparut au 16e siècle et qu’avant de disparaître progressivement à partir du 17e siècle la vigne et le vin existaient depuis mille ans partout en Bretagne. Qu’avant d’être de houblon la bière était cervoise et millénaire, que la distillation en Europe remontait au 12e siècle et que les grands défrichages du début du deuxième millénaire furent le coup de grâce de l’hydromel. Que la commercialisation de l’eau-de-vie comme alcool de consommation ne débuta qu’au 15e siècle et que le commerce des Hollandais favorisa la production d’eau-de-vie de vin dans la région de Nantes pendant plus de 250 ans. Que les eaux-de-vie de canne à sucre et de vin se concurrençaient déjà depuis le Nouveau Monde avant que celle de cidre ne se généralise dans le Nord-Ouest de la France au 17e siècle et ne fasse la gloire des pardons bretons au 19e siècle. Lorsqu’un décret royal qui visait le rhum antillais interdit en 1713 la production d’eau-de-vie autre que celle de vin, la Bretagne et la Normandie furent exemptées dans leurs frontières et l’eau-de-vie de cidre devint un privilège, une liberté. Les pardons bretons devinrent le théâtre de sa meilleure expression et le délire éthylique devint « sacré », l’ivresse, quelque chose de « grave et de sérieux ». Le dernier bouilleur de cru n’était pas encore né.

Continuer de lire « Yecʼhed mat – 乾杯 »